L ILE DES OUBLIES DE VICTORIA HISLOP


Cet Eté j’ai lu!

Oui et j’ai dévoré de bons romans! Entre autre celui dont je te parle aujourd’hui! Ca se passe en Crète… humm tu sens le soleil, tu les vois les couleurs bleues et blanches….

 

 

 

C’est qui l’auteur ?

 Victoria Hislop diplômée de littérature anglaise à Oxford, a travaillé dans l’édition et les relations publiques avant d’être ecrivain. Elle vit avec son mari et leurs deux enfants dans le Kent.

Son premier roman, “L’Île des oubliés“, a connu un immense succès international et s’est vendu à plus de deux millions million d’exemplaires. Elle a rejeté des offres de Hollywood, préférant que le livre soit adapté pour la télévision en Grèce. La série “Το Νησί” a été salué unanimement par le public et les critiques.

Son deuxième roman, “The Return” (Le Retour) a aussi connu un succès international et ses livres ont étés traduits en plus de vingt langues.

Un recueil de nouvelles “One Cretan Evening” (Une Soirée crétoise),  ainsi qu’un troisième roman,  “The Thread” (Le Fil) sont parus en anglais en 2011.

 

C’est quoi l’histoire ?

L’été s’achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète.

Alexis, une jeune Anglaise diplômée d’archéologie, a choisi de s’y rendre parce que c’est là que sa mère est née et a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l’histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l’île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux… et son arrière-grand-mère y aurait péri.

Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d’une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d’Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets… Bouleversant plaidoyer contre l’exclusion, L’Île des oubliés, traduit dans vingt-cinq pays et vendu à plus de deux millions d’exemplaires, a conquis le monde entier.

 

Ce que j’en pense ?

Je vais pas te mentir j’ai bien apprécié ce roman! Il y a tout ce que j’aime à l’intérieur : dépaysement, évasion et secret de famille !

Ce livre est une découverte de l’île Crétoise (dépaysement assuré), mais aussi d’une maladie la Lèpre, vecu par les malades mais aussi l’entourage, son évolution, et sa guerison qui finalement est assez récente…

J’aurais voulu que ce bouquin ne finisse jamais tellement tu t’attaches à tous les personnages!

Un chouette roman dépaysant! A lire!

 

 

Extrait du livre

Plaka, 2001

Libérée de son point d’amarrage, la corde se déroula d’un mouvement vif, et des gouttelettes d’eau de mer aspergèrent les bras nus de la jeune femme. Elles séchèrent rapidement, et celle-ci remarqua que, sous le soleil de plomb qui brillait dans un ciel limpide, les cristaux de sel dessinaient des motifs complexes et scintillants sur sa peau, comme un tatouage de diamants. Alexis était l’unique passagère de la petite barque délabrée. Tandis qu’au son du moteur haletant elle s’éloignait du quai pour rejoindre l’île déserte qui se dressait face à eux, elle réprima un frisson, songeant à tous ceux et toutes celles qui s’y étaient rendus avant elle.
Spinalonga. Elle joua avec le mot, le fit rouler sur sa langue comme un noyau d’olive. L’île n’était pas loin et, quand l’embarcation approcha de l’imposante fortification vénitienne adossée à la mer, Alexis fut submergée à la fois par le poids du passé et par la sensation écrasante que ces murailles conservaient, aujourd’hui encore, une force d’attraction. Elle se mit à songer qu’il s’agissait peut-être d’un endroit où l’histoire, toujours palpitante, ne s’était pas figée dans les pierres froides, un endroit où les habitants étaient réels et non mythiques. Quelle différence avec les palais antiques et les sites qu’elle avait visités au cours des dernières semaines, mois, voire années !
Alexis aurait pu consacrer une journée supplémentaire à escalader les ruines de Cnossos, à se représenter, devant les fragments grossiers de pierre, la vie que les Crétois avaient menée en ces lieux plus de quatre mille ans auparavant. Ces derniers temps, cependant, ce passé si lointain commençait à se dérober à son imagination et à sa curiosité. Malgré son diplôme en archéologie et son poste dans un musée, elle sentait son intérêt pour la question s’émousser de jour en jour. Son père était un universitaire passionné, et elle avait grandi avec la croyance naïve qu’elle suivrait ses traces dans la poussière de l’histoire. Pour quelqu’un comme Marcus Fielding, toutes les civilisations, même les plus anciennes, étaient dignes d’intérêt, mais, du haut de ses vingt-cinq ans, Alexis trouvait que le boeuf qu’elle avait dépassé sur la route plus tôt dans la journée avait bien plus de réalité, plus de résonance avec sa propre vie que n’en aurait jamais le Minotaure enfermé dans le labyrinthe légendaire de Crète.
Pour l’heure, elle avait toutefois d’autres sujets de préoccupation que son orientation professionnelle ; elle devait prendre une décision au sujet d’Ed. Tout le temps qu’ils s’étaient prélassés, en cette fin d’été, sur une île grecque, les limites de leur liaison autrefois prometteuse lui étaient peu à peu apparues. Si leur histoire avait réussi à fleurir au sein du microcosme étouffant de l’université, elle s’était flétrie au contact du monde extérieur et, au bout de trois ans, ne ressemblait plus qu’à une bouture chétive qui n’aurait pas pris une fois passée de la serre au jardin.

Bonne Lecture!

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.