LA DAME QUI AIMAIT LES TOILETTES PROPRES 6


Hey c’est Lundi! Ton week end s’est bien déroulé ? Le mien plutôt bien, je l’ai passé à lire au soleil! Du coup ben je t’en parle ce matin! Un bouquin tout mince, tout bien ficelé!

 

C’est qui l’auteur ?

James Patrick Donleavy est un romancier américain naturalisé irlandais, il est né de parents irlandais. Il a servi dans l’US Navy pendant la deuxième guerre mondiale. Il a ensuite fait ses études en Irlande.

Parodie, humour, grotesque caractérisent ses récits sur la modernité américaine (l’Homme de gingembre, 1955 ; la Destinée de Darcy Dancer, 1977 ; Mon Irlande avec tous ses péchés et certaines de ses grâces, 1986 ; La dame qui voulait des toilettes propres, 1998).

C’est quoi l’Histoire ?

Jocelyn Guenevere Marchantière Jones, quarante-deux ans, milieu huppé, résidence superbe près de New York, est plaquée par son mari, ignorée par ses enfants et nouée par son homme d’affaires, qui dilapide la coquette pension de son divorce. C’est le début d’une implacable spirale.

Brièvement serveuse, elle envisage de devenir prostituée ou nonne, puis caresse l’idée du suicide. Elevée par sa grand-mère pour demeurer une  » dame  » en toutes circonstances, elle est obsédée par l’idée de se soulager uniquement dans des toilettes immaculées. Par une extraordinaire ironie du destin, c’est dans un établissement funéraire aux toilettes divines que sa vie bascule…

Ce que j’en pense ?

Je l’ai lu d’une traite sans interruption (wouais je suis comme ça parfois!) et j’ai bien aimé cette histoire un peu rocambolesque!

Joy est un personnage un peu atypique, un peu crue sans jamais être vulgaire! Une femme éduquée pour être une Dame! Seulement voilà, sa vie bascule du moment ou Steve (son mari) la quitte pour une actrice blonde et plus jeune (cliché nan ?!). lui reste ses enfants me diras tu mais là pareil s’en fichent un peu de leur mère qu’ils estiment un peu instable psychologiquement!

Bon faut dire aussi que Joy est parfois un peu bordeline hein (fracasser la télé en lui tirant à bout portant avec une arme)… Du coup Elle se retrouve seule, fauchée (oui parce qu’elle a mal placé son fric) sans domicile bref un peu la misère quoi! Mais Joy est pleine de ressource, ne se laisse pas abattre et son hobbie dans la vie : trouver des toilettes immaculées dans des lieux publics : Hôtel de luxe, établissement funéraire… Elle est un peu farfelue Joy c’est ce qui fait son charme (je t’en dis pas plus pour pas gâcher la surprise!).

J’ai bien aimé l’épisode du diner avec ses voisins et tout le gratin (une belle caricature de la société américaine!), j’ai évidemment adoré la chute du livre!

Ce bouquin est : cynique, drôle, caustique, sombre… rocambolesque !!

A lire partout, dans le métro, entre midi et deux au bureau, bref un bon moment de détente…

Bonne Lecture!

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “LA DAME QUI AIMAIT LES TOILETTES PROPRES